MAZACCIO & DROWILLAL l Les Rencontres d’Arles

Cela peut paraître facile mais il n’en est rien. Jeunes artistes décomplexés, Mazaccio & Drowilal s’amusent, mêlent les iconographies, déplacent les sens, déambulent dans l’ordinaire, jusqu’à saisir la grâce et la beauté du vulgaire avec dérision et humour. Nous sommes loin de la photographie académique et justement, c’est plaisant.

http://www.welivehere.eu

Coup de coeur également pour l’exposition de l’agence MYOP qui a merveilleusement investi une ancienne bâtisse arlésienne. Quatre étages d’exposition de travaux aux long cours aussi intéressants esthétiquement que d’un point de vue documentaire. Une équipe accueillante, sympathique, engagée et unie. Une exposition à ne pas rater (18 rue de la Calade, Arles).

Enfin au Magasin de Jouets, éloge de l’intime avec un tandem inattendu composé du penseur réputé et photographe discret Jean Baudrillard et du sulfureux Ren Hang (Le Magasin de Jouets, 19 rue Jouvène, Arles)

Sohrab HURA l New nominee Magnum Photos

http://www.bjp-online.com/2014/07/magnum-announces-sohrab-hura-as-its-latest-nominee/

Charles FREGER l L.12.12.
http://www.charlesfreger.com

Charles Fréger, auteur d’une quinzaine de publications, présente le fruit d’une collaboration avec Lacoste à l’occasion des 80 ans de la maison. Menant ici une véritable campagne photographique sur le territoire français, il a rencontré et photographié des cheerleaders, des danseurs de be bop, des joueurs de pelote ou de capoeira, et bien d’autres adeptes de loisirs régionaux ou internationaux, tous porteurs de la fameuse chemise estampillée d’un crocodile vert.

Auteur de séries photographiques explorant la place de l’individu dans la communauté qu’il s’est choisie (qu’elle soit une équipe de water-polo, un régiment de marine, ou une école technique), Charles Fréger a dressé, au cours des quinze dernières années, un panorama de la survivance et de la vitalité des tribus à l’ère contemporaine. Le portrait, tel qu’il le conçoit et le pratique, est empreint tant d’une objectivité anthropologique que d’une vision poétique : dans le cadre de la communauté surgit toujours l’individualité, au détour d’une expression, d’une posture, d’une couleur, et in fine de l’appropriation par chacun de son uniforme.

LIVRE
Charles Fréger, Lacoste
Editeur Steidl
Date de parution : 09/01/2014
Collection : Steidl Lg
ISBN : 3869307021
EAN : 978-3869307022

REPRESENTATION
EYEMADE
30, rue Mazarine - 75006 Paris - France
http://www.eyemade.com

•••••••••••••••••••••••
Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

Joseph FORD l Aerial
http://www.josephford.net

« C’est lors de voyages en Sicile et à l’ile Maurice, où j’ai eu la possibilité d’effectuer des prises de vues aériennes, que j’ai commencé à réfléchir sur le concept d’Aerial Fashion et des diptyques.Les infinies possibilités de la photographie aérienne m’ont toujours fasciné : le changement de perspective permet d’appréhender autrement la ville, la nature, le monde. Ainsi une voiture devient un jouet, un mur qui bloque la vue lorsqu’on est au sol devient un trait, une ligne. Une dune devient un pli dans un pull…

Après une première série pour WAD, j’ai enchaîné avec une deuxième pour Süddeutsche Zeitung Magazine, puis ensuite pour Missoni, Pepe Jeans, Lacoste.
Pour Lacoste, j’ai travaillé au sol autant qu’en l’air, pour des vues de ville plus abstraites et plus géométriques, tandis que je me suis concentré sur les lieux les plus emblématiques de Londres pour Pepe Jeans, avec des détails reconnaissables qui apparaissent dans chaque diptyque. La nature, la mer, la ville et l’urbanisme… Si le principe reste le même d’une série à une autre, la façon de l’explorer change chaque fois puisque chaque série présente des défis uniques et différents. »

Joseph Ford est né à Londres en 1978. Après avoir suivi des études de français et d’italien à l’université de Cambridge, il a commencé à assister divers photographes publicitaires de natures mortes.
Il a réalisé sa première campagne publicitaire en 2004 pour TBWA Paris, et depuis lors, a eu la chance de travailler pour des clients dans le monde entier, principalement en photographiant des gens en extérieur ou en studio.

Au cours des dernières années, il a reçu régulièrement des commandes pour réaliser des images aériennes. Son travail a été présenté au PDN Photo Annual, aux Epica Awards, aux International Photography Awards, parmi les travaux des deux cents meilleurs photographes publicitaires de la Luerzer’s Archive, à OneEyeland, à Cristal, dans le cadre des AOP Photographers Awards, et à Eurobest. 
Il vit à Brighton, au Royaume-Uni.

http://facebook.com/josephfordphotography
http://twitter.com/joseph_ford
http://instagram.com/josephfordphotography

REPRESENTATION
TAFFETAS - http://taffetas.net

•••••••••••••••••••••••
Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17
english version http://www.loeildelaphotographie.com/2014/06/17/trends/25140/joseph-ford-aerial

Nan GOLDIN l Scopophilia

Présentée à Rome à la galerie Gagosian ce printemps, Scopophilia est la première exposition majeure de Nan Goldin, artiste renommée, dans la capitale italienne.

Le terme grec signifie littéralement la “passion de regarder”, mais fait aussi référence au plaisir érotique retiré de la contemplation d’images du corps. Scopophilia est à la fois un diaporama et une série toujours en cours commencée en 2010, quand elle s’est vue autorisée à accéder au musée du Louvre en solitaire tous les jeudis. Durant ces visites privées, elle s’est promenée et a photographié librement les collections renommées de peinture et de sculpture du musée. 

Les expériences vagabondes de Goldin au Louvre confirment que beaucoup de ses obsessions artistiques — le sexe, la violence, l’extase, le désespoir et la mutabilité des genres — découlent de courants profonds de l’histoire de l’art occidentale, de mythes, d’une iconographie religieuse qui a des sources puissantes. Ainsi du mythe de la transformation de Pygmalion ou de l’Hermaphrodite endormi, marbre grec datant du IIe siècle. Beaucoup des photographies de Goldin qu’elle a associées à l’imagerie du Louvre n’ont jamais été exposées auparavant ; certaines ont été exhumées de ses archives par son assistant et elle en a déniché d’autres elle-même. Il ressort de l’ensemble un portrait collectif traitant d’amour et de désir, porté par « tous les circuits du plaisir profondément comblés par le regard ».

Des milliers de photographies que Goldin a prises des peintures et des sculptures des collections du Louvre, elle a tiré un diaporama lyrique de 25 minutes, au sein duquel ses impressions très subjectives et éclairantes de ces œuvres historiques sont unies à des images qu’elle a prises à la fin des années 70. Elle crée ainsi un dialogue évocateur entre des histoires humaines passées et présentes. Scopophilia a été présenté pour la première fois au Louvre en 2010.

À côté du diaporama, on peut trouver des images reliées à ce travail, réunion des propres photos de Goldin et de ses images des œuvres du passé proposée comme grilles de lecture thématiques.

GALLERY
GAGOSIAN GALLERY - http://www.gagosian.com

•••••••••••••••••••••••
Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

Martin KOLLAR l Field Trip
http://www.martinkollar.com

Field trip fait partie d’un projet international intitulé This Place, qui vise à explorer la complexité d’Israël et de la Cisjordanie à travers les regards de douze photographes internationalement reconnus, dont Jeff Wall ou Thomas Struth.
L’Israël que nous montre le photographe est un pays de checkpoints, de structures architecturales ambigües et d’expérimentations scientifiques opaques touchant autant les hommes que les animaux. Ses images sont hallucinées, parfois perturbantes et souvent empreintes d’absurdité. Sans ne jamais donner d’indice sur la réalité de ce qu’il montre, il corrobore les attentes et croyances du spectateur autant qu’il les infirme.

Né en Slovaquie en 1971, Martin Kollar est diplômé de l’Academy of Performing Arts de Bratislava. Coutumier des projets à long terme, il a exposé son travail notamment à la Maison européenne de la photographie à Paris ou au MOCA de Shanghai, et a été récompensé par de nombreux prix, dont le Fuji Film Euro Press Photo Award et le Prix Nestlé au Grand Prix international de photographie de Vevey 2007/2008.

Field Trip a été présenté par l’Espace Quai1 de Vevey du 5 mars au 12 avril 2014. (www.quai.ch)

REPRESENTATION
VE artists & production mgmt
Web. www.ve-art.com
Blog. www.ve-magazine.com

Livre
Field Trip, de Martin Kollar
Lauréat du Oskar Barnack Award 2014
76 pages
 - 20 cm x 25 cm

Date de publication : octobre 2013
ISBN 9781907946486
http://www.mackbooks.co.uk/books/74-Field-Trip.html

•••••••••••••••••••••••
Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

David LEDOUX l Vision abstract
http://www.david-ledoux.fr

David Ledoux est originaire du bord du lac Léman et est initialement formé en peinture aux beaux-arts de Sydney (Sydney College Of The Arts, Australia). Il se dirige cependant vers la photographie et propose d’abord un style très graphique. Parallèlement, il développe un champ personnel fondé sur l’expérimentation technique. Il voyage en Australie, en Afrique, en Amérique du Sud et en Europe comme photojournaliste, où il développe un travail humaniste et proche des gens. Il développe aussi un œil pour la photographie de mode qui lui vaut d’être publié à l’international. A cette époque, Ledoux travaille déjà sur argentique et cultive sa curiosité pour le mouvement, les phénomènes de lumiére et de l’étrange.

La série d’images Vision abstract est née du désir de prolonger ce travail intuitif et de travailler le négatif à la manière de l’artisan son œuvre. Nécessaire mise en condition, Ledoux conçoit, dirige et réalise la composition d’œuvres oniriques. Entre songe et volonté de décomposer une image pour mieux la recomposer, nous sommes toujours du côté de l’imaginaire. La vue des tableaux démontre que l’artiste ne s’impose aucune règle sauf celle de travailler sans Photoshop : processus mécanique, chambre noire, temps qui passe, ou comment déjouer la logique de la photographie. Le laboratoire et le travail dans le noir permet de travailler avec la lumière comme la peinture. Astuces, torches, pochoirs, intuitions donnent naissance à des compositions poétiques et méticuleuses, à des petits tableaux chimériques.

Texte d’Aurélie Coulibaly

REPRESENTATION
Paris : WANDA PRINT - http://wandaprint.com
London : TOGETHER ASSOCIATES - http://www.togetherassociates.com

EXPOSITION
David Ledoux
A partir du 18 juin 2014
0fr. librairie galerie
20, rue Dupetit-Thouars - 75003 Paris - France
Vernissage ce soir mardi 17 juin chez 0fr à Paris.
http://www.ofrsystem.com/librairie

•••••••••••••••••••••••
Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

Osma HARVILAHTI l Polychromatic
http://osmaharvilahti.tumblr.com

Les images d’Osma Harvilahti esthétisent le monde jusqu’à l’abstraction. Le sujet du photographe — davantage qu’un homme ou un paysage —, ce sont des couleurs, un motif, une forme. La photographie n’est pas utilisée chez lui comme moyen d’approcher voire de comprendre le monde, mais plutôt comme un instrument permettant de sélectionner et d’isoler des fragments.. « Dans mes photographies, il s’agit délibérément moins de représentation que d’interprétation. Le travail est structuré suivant une chaîne d’idées, de narrations visuelles, guidées par le choix d’une couleur ou tout autre paramètre formel. Je raconte des histoires, non pas par le biais d’intrigue, mais grâce à la seule surface de l’image. »

Osma Harvilahti est diplômé de sociologie de la mode et d’histoire de l’art de l’Université d’Helsinki ainsi que de journalisme visuel et design graphique de l’Université d’art Aalto.
Son travail a été exposé en 2014 au 29e Festival international de mode et de photographie de Hyères, et en 2013 dans le cadre d’expositions collectives (Nordic Tones, Art Rebels Gallery, Copenhague, 89+, Serpentine Sackler Gallery, Londres, Wish You We’re Here, Month of Photography Los Angeles). La même année, il publie son premier livre, Osma Harvilahti : Polychromatic, aux Éditions du LIC.

LIVRE
POLYCHROMATIC
1re édition
460 exemplaires
96 pages, 73 photographies couleur
21.0 cm x 27.0 cm


Éditions du LIC 2013

ISBN 978-82-93341-01-7
http://editionsdulic.com/products/polychromatic

•••••••••••••••••••••••
Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

Thomas MAILAENDER l Cyanotypes
http://www.thomasmailaender.com

Présentée par MAD Agency, Cyanotypes est une exposition personnelle de Thomas Mailaender présentée sous la verrière d’une imprimerie désaffectée à Paris.

Le cyanotype, inventé par le scientifique anglais Sir John Herschel en 1842, est un procédé d’impression simple et peu coûteux caractérisé par sa teinte bleu-cyan. Popularisé comme méthode d’impression par la botaniste Anna Atkins qui s’en servait pour ses herbiers, le cyanotype est devenu un procédé photographique répandu à la fin du XIXe siècle.

Avec son humour habituel, Mailaender a fait main basse sur ce procédé pour mettre au défi et satiriser les paramètres de l’art contemporain. Les images proviennent de sa “Fun Archive”, collection personelle et banque d’images absurdes et anonymes glanées sur le Net au fil des années. En combinant des images de l’ère du numérique et d’Internet avec des procédés anciens comme le cyanotype, qui tiennent une place particulière dans l’histoire de la photographie, les grands formats de Cyanotypes témoignent de la capacité de Mailaender à agréger l’absurde en un ensemble construit et lui faire atteindre le statut d’œuvre d’art.

REPRESENTATION
PHOTOGRAPHERS - www.photographers.fr
MAD Agency - www.madagency.fr

EXPOSITION
Jusqu’au 26 juin 2014
14, rue Popincourt - 75011 Paris

Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

Olivia BEE l Kids in love
http://www.oliviabee.com

Première exposition à New York du phénomène Olivia Bee, talentueuse photographe et réalisatrice de 19 ans qui n’a comme objectif que l’authenticité de ses émotions. Kids in love est une série de photographies que Bee a prises de ses amis et de gens qu’elle aime, retraduisant l’approche intimiste et personnelle de l’artiste.

« Ces photos sont optimistes même quand elles sont tristes. Tout semble être la fin ou le commencement du monde quand vous avez seize ans. » — Olivia Bee.

La photographie a pris une place importante dans la vie d’Olivia Bee quand elle commença à partager ses premiers travaux sur le site Flickr durant l’année de ses 11 ans ; à l’âge de 13 ans, Bee était devenue une photographe. Au cours des quelques années qui se sont écoulées depuis, Bee a fait des photographies pour Converse, Roger Vivier, Levi’s et Hermès. Son travail a été présenté dans de nombreuses publications parmi lesquelles on trouve The New York Times, Vice, Numero et l’édition allemande de Harper’s Bazaar.

Née à Portland dans l’Oregon, Bee vit et travaille à Brooklyn.

REPRESENTATION
Photography
France : Iconoclast - http://www.iconoclastimage.tv
Usa : Candace Gelman And Associates - http://www.candacegelman.com
Directing
Iconoclast - http://www.iconoclast.tv

EXHIBITION
DU 20 juin au 27 juillet 2014
agnès b. Galerie Boutique
50 Howard Street
New York, NY 10013
USA
www.50howardstreet.com

Publié le 17.06.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2014/06/17

Olivia BEE l Talent is an illusion TedX Athens
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=iz-Lldr4Cow

Olivia BEE l Talent is an illusion TedX Athens
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=iz-Lldr4Cow

Ren HANG l Vice
http://renhang.org

Révélation de ce début d’année exposé par la NUE Galerie, Ren Hang est un jeune “photographe et poète” chinois provoquant qui explore les possibilités du corps avec une sexualité décomplexée, faisant fi de toute sorte d’oppression.
Décriée par l’intelligentsia chinoise, son œuvre a un retentissement international et compte de nombreuses expositions à son actif.

Le magazine VICE, qui suit le photographe depuis longtemps, a organisé un casting sauvage parmi ses lecteurs et quelques heureux élus ont pu s’exhiber sous l’objectif de Ren Hang.

Voir la suite des images sur : http://www.vice.com/fr/read/ren-hang-etait-a-paris-v8n4

Ren Hang est né en 1987 et est basé à Pékin.

REPRESENTATION
www.photographers.fr
www.nuegalerie.com

•••••••••••••••••••••••
Publié le 13.05.14
http://www.loeildelaphotographie.com/2014/05/13

Quentin SHIH l 9 dollars fashion
http://www.quentinshih.com/

Shootée à Linfen, une petite ville typique du centre de la Chine, avec un stylisme à 9$ pièce issu des marchés locaux, la nouvelle série de Quentin Shih nous fait découvrir un style « Made in China ».

Quentin Shih is a Chinese self taught photographer who started by shooting local underground artists. As one of the leading young Chinese photographers, Quentin Shih is well recognized for his individual artistic style which utilizes vast sets and dramatic lighting to engage in emotional narratives. Now, he is returning to his roots in fine art photography and challenging its techniques and concepts into his commercial and fashion photography in order to achieve a unique symbiosis.
Advertising clients include: Adidas, Nokia, MSN/Microsoft, IBM, Yahoo, Mizuno, Siemens, Sony Ericsson, ABB, ATP, Red Bull, M&M’s, Lenovo, Samsung, Snickers, Sun Microsystem, Cisco, LG, Nestle, DHL…
Editorial clients include: Vogue, L’Officiel, Cosmopolitan, Esquire, Forbes, Madame Figaro, Stern, Elle, Harper’s Bazaar…

REPRESENTATION
http://www.florencemoll.com

•••••••••••••••••••••••
Publié le 13.05.14
http://www.loeildelaphotographie.com/2014/05/13

Thomas MAILAENDER l The Standard calendar
http://www.thomasmailaender.com

A year of the favorite guest letters, comments and requests. All gratefully received, celebrated and joyfully reenacted by the Standard hotel’s staff.

http://standardculture.com/posts/8373-The-Standard-Calendar-is-Back-

REPRESENTATION
PHOTOGRAPHERS - www.photographers.fr

LEGENDES DES PHOTOS :
1- January : (DOG)
Dear Standard,
Your staff are the nicest pooch-lovers in the world. Penny, my precious little wiener, is on a special diet and must be fed at specific times so she can take her pills. Your room service staff was sweet enough to prepare it each day, executed to the last detail and delivered right on time. Penny is extremely appreciative and is looking forward to her next stay.
SIncerely

2-February (COINS) :
Your tip jar saved my life !
I was trying to buy drinks for my co-workers in from Sweden when my credit card went on the fritz. I was $20 bucks short in cash and was about to die of embarrassment when the server discretely called me to the bar and spotted me the difference from the tip jar. The next day I got my card working and slipped them $100 tip for saving my broke ass…
Forever grateful

3-March : (ACUZZI)
I am writing you to share a recent experience I had in your tub.
I carefully entered into the water, placing my glasses near the edge. The water was searingly hot and after a very brief time (I would say no more than 3-4 minutes) I placed the frames back on my face only to discover that the presciption had literally melted off the lenses. I tried to wash them to get them clear. This didn’t work, they are permanently damaged. I have been in hot tubs all over the world , including natural ones in Reykjavik and this has never happened. Unacceptable. I would like to be compensated. They are the European Silhouette brand, made of titanium, and have ultra-thin, anti-reflective corrective lens. The price of the lens (without the frames) is about $150.
Thank you in advance

4-April : (JESUS)
Thank you for providing a refuge to recover from the harsh world of Los Angeles and its dog-eat-dog media business. Your support for the arts is apparent in the wonderful environment you have created here.
Thank you for rehabilitating me from :
- Hostile takeover of my business,
- Subsequent lawsuit,
- Divorce,
- Collapse of my ego.
I have been reborn a better man.

5-May : (GIRLFRIEND)
My girlfriend and I spent lots of money at the bar and on room service. Any compensation would be greatly appreciated.

6-June : (KUSH)
I lost mu kush. Where’s my kush ?

7-July : (MUSIC JOURNALIST)
I’m a music journalist and frequent guest of the Standard. I had just given an unflattering review to a volatile pop star’s latest album and heard throught the grapevine he was staying at the hotel and I was certain he was going to exact some kind of revenge. To be honest, I completely freaked out. After many anxious phone calls with the front desk, one of our staff kindly offered to stay up with me until I calmed down. She litteraly sat in my room and read to me until I passed out. These people deserve a bonus, a trophy, a weekend in the Bahamas.
Thanks my friends

8-August : (TV POSSESSED)
Stayed here a few years ago and it is still beautiful ! The only thing I recommend is… the TV is possessed. No matter wich button you push : vol, channel up, etc, it just channels down – malfunction.
Love from Vegas

9-September : (TOILET PAPER)
Quality of toilet paper could be better… 3-ply minimum… otherwise it was a great room and enjoyable stay.
Thank you…

10-October : (BIER)
Dear Standard,
I LOVE YOU. Every time my best friend comes to town, we get a room here and live it up BALLER STYLE. We love the rooftop bar ; and the nudie shower, and the weirdo art films. We’d like to thank you so much for the surprise upgrade from LARGE room to HUGE. We love dit and had such a great time. We also very much appreciated the bouncer who let our two friends up to the rooftop bar sans cover. That MADE OUR NIGHT. Our friend got a dude’s number and made out with him. BEST… STAY… EVER !

11- November : (GLASSES)
Hey Standard,
Thanks plenty for the most epic hangover of my life.
And thanks even more for hydrating me the next day.
Sincerely,

12-December : (UPSIDE DOWN)
Dear Standard staff,
You were the most hospitable bunch of people I’ve ever stayed with in a while. Thank you so much for making my time here in LA so nice.
Sincerely,
PS : Btw, someone installed the sign in your hotel upside down.

•••••••••••••••••••••••
Publié le 13.05.14
sur http://www.loeildelaphotographie.com/2014/05/13